Une réforme du permis moto attendue en 2019

Le permis moto réformé en 2019 ? C’est ce qu’annonce un site web spécialisé. En attendant la confirmation de cette évolution majeure, une autre modification est certaine : la réduction de la période probatoire, en échange d’une formation post-permis, entre en vigueur au 1er janvier 2019.

 

Une réforme encore à préciser
Une nouvelle réforme du permis moto est prévue en 2019. Si aucune décision n’est encore prise, les pistes de réflexion seraient, d’après le site "Permispratique" :
- La création d’une épreuve du Code de la route spécifiquement conçue pour les motards, différente de l’épreuve passée par les candidats au permis B.
- Une épreuve en circulation beaucoup plus longue et plus complète.
- Une épreuve hors circulation raccourcie, mais plus difficile.

   

Vers un « code moto » ?
Le Code de la Route est aujourd'hui le même les automobilistes, motards ou chauffeurs de poids lourds. Toutes les catégories de permis sont donc soumises au même examen de code : l’ETG (Epreuve Théorique Générale). Mais en 2019, le Permis Moto pourrait être soumis à une épreuve de code spécifique, l’ETM (Epreuve Théorique Moto). Ce "super" Code Moto intégrerait le programme des questions orales, actuellement posées lors de l’épreuve "de plateau" (examen hors circulation).

Par ailleurs, l’examen de l’ETM serait sans doute privatisé, comme l’ETG l’est depuis 2016.

   

De nouvelles durées pour les épreuves pratiques
Toujours selon Permispratique, repris par de nombreux autres sites d’information, l’épreuve de conduite en circulation serait allongée, pour permettre une meilleure évaluation du candidat : sa durée passerait de 30 à 45 minutes.

Enfin, la réforme réduirait au contraire le plateau, ou épreuve "hors circulation", qui passerait de 15 minutes à 10 minutes. Plus courte, l’épreuve serait en revanche notée sur 20 points (contre 17) : cela signifie de nouveaux critères d’évaluation.

   

La période probatoire raccourcie, une mesure certaine
Tous ces changements restent à confirmer. En revanche, une autre mesure est officielle, et entre en vigueur au 1er janvier 2019 : la possibilité de réduire d’un an la période probatoire du permis de conduire, en suivant une formation post-permis.

Cette mesure concerne les permis B, B1, A1 et A2. La formation post-permis, payante et d’une durée de 7 heures (une journée), devra impérativement être suivie entre le 6ème et le 12ème mois après l’obtention du permis. La formation a ainsi pour objectif, selon la Sécurité Routière, de "susciter chez les conducteurs novices un processus de réflexion sur leurs comportements sur la route". 

Photo © Laurent

AMV-DOT02-P