Dépasser la limitation de vitesse pour gagner du temps de trajet : en calculant, on réalise que le gain est tout à fait négligeable.

Excéder la limite de vitesse vaut-il vraiment le risque encouru ?

17 septembre 2020 Réglementation

Les limitations de vitesse ont de bonnes raisons d’exister et sont généralement pensées et adaptées à la route et aux environnement concernés. Leur but premier est de limiter les accidents en réduisant la distance de freinage nécessaire. Ne pas tenir compte de la limitation est parfois tentant, pour gagner du temps. Mais ce gain est-il significatif ? Et en plus de l’illégalité commise, les risques engendrés ne sont-ils pas bien plus importants ?

Calcul de l’intérêt

Il est parfois tentant de dépasser la vitesse limite quand elle paraît être en deçà de ce que permet la route, ou pour essayer de gagner du temps et rattraper un éventuel retard. La nouvelle limitation à 80 km/h est aussi encore parfois difficile à intégrer. Mais en dépassant de quelques km/h la limitation, le gain de temps n’est pas tellement significatif. Par exemple :
Sur un trajet de 30 km, sur une route limitée à 80 km/h, en respectant cette limite, il faudra environ 22 minutes pour arriver à destination. En roulant en à 90 km/h, il est possible de gagner un peu plus de 2 minutes.
Sur autoroute, en roulant à 145 km/h sur un trajet de 250 km, le trajet prendra fin 12 minutes plus tôt qu’en roulant à 130 km/h, sur un trajet avoisinant normalement les 2 heures.

Comparaison aux risques

S’il est possible de gagner une poignée de minutes sur un temps de trajet, les risques eux, augmentent considérablement. La brutalité d’un choc augmente de façon exponentielle avec la vitesse : elle double entre un accident à 50 km/h et 70 km/h, tandis qu’elle quadruple entre 70 km/h et 90 km/h (pour rappel, le calcul de l’énergie dégagée, E = ½ m x v², fait intervenir la vitesse élevée à son carré, d’où son augmentation de plus en plus vive à des vitesses plus importantes). En plus de chocs violents, la distance nécessaire pour arrêter la voiture augmente évidemment avec la vitesse. Pour reprendre l’exemple sur autoroute, rouler à 145 km/h au lieu de 130 augmente la distance de freinage de près de 10 mètres. 10 mètres qui pourraient faire la différence en cas d’accident.

Rappel des sanctions

En parallèle des risques d’accidents qui sont considérablement augmentés, rouler au-dessus des limites expose à de nombreuses sanctions, cumulant perte de points et amendes. La perte de points est proportionnelle à la hauteur de l’excès. Un point pour un dépassement de moins de 20 km/h, 2 points entre 20 et 30 km/h et ainsi de suite, jusqu’à 50 km/h qui atteint directement les 6 points. Les amendes vont ainsi en correspondance de 45 à 3750 €.
Qui est plus, en cas d’accident, la responsabilité est engagée en cas d’excès de vitesse, exposant le conducteur à un malus d’assurance. En cas d’accident responsable, le coefficient augmente de 25 % (12 % en cas de torts partagés). Le malus maximal est de 3,5 (soit une prime de référence multipliée par 3,5).

Alors pour les petits trajets du quotidien qui semblent si simples et maîtrisés, comme pour les départs en vacances ou autres longs trajets, le respect des limitations de vitesse est primordial. Leur rôle est d’assurer la sécurité de tous les usagers de la route.

Articles associés