Remplir son constat après un carambolage - AMV Le Blog

Remplir son constat après un carambolage

4 juin 2019 Paroles d'expert

Vous avez été pris dans un accident en chaîne : votre voiture a heurté le véhicule qui vous précédait, a été percutée par le véhicule qui vous suivait… Une situation complexe, qui va exiger plusieurs constats !

Un constat pour deux véhicules

Dès lors que vous avez un accident impliquant un autre véhicule, vous remplissez un constat : un document standardisé, qui explique les circonstances d’un sinistre impliquant deux véhicules, A et B.

Alors en cas de carambolages, si vous avez heurté ou avez été heurté par plusieurs véhicules, vous allez devoir remplir plusieurs constats : autant de constats que d’impacts !

Accident en chaîne et carambolage

Il existe deux situations différentes, aboutissant à un accident impliquant plus de 2 véhicules : 

– l’accident en chaîne, impliquant des véhicules circulant dans le même sens et sur une même file – typiquement, sur autoroute par exemple.
– le carambolage, impliquant des chocs multiples, impliquant des véhicules ne circulant pas sur la même file.

Dans les deux cas, la même procédure est appliquée pour remplir le constat.

Déterminer les responsabilités

En cas d’accident impliquant plusieurs véhicules, il devient très difficile de savoir qui est responsable de l’accident, qui a embouti qui… C’est pourquoi les assureurs demandent de remplir un constat amiable avec chacun des conducteurs qui a heurté votre véhicule.

Par exemple, vous avez percuté la voiture qui vous précédait, qui s’est arrêtée brutalement, puis un autre véhicule n’a pas réussi à freiner à temps et vous a percuté par l’arrière. Dans ce cas, remplissez deux constats.

Une fois tous les constats collectés, les assureurs doivent déterminer les responsabilités, les dommages, et le montant des indemnisations, avec l’aide d’experts. 

Le cas général

En cas d’accident en chaîne, le plus souvent, 

– la responsabilité du premier conducteur est de 0 % s’il n’a pas commis d’infraction (il n’a pas franchi un feu rouge, simplement pilé pour éviter un piéton par exemple),
– celle des conducteurs « intermédiaires », pris en sandwich entre deux véhicules, est de 0 % si une notion de projection est établie et s’il n’a pas commis d’infraction,
– celle du dernier conducteur, qui n’a pas maîtrisé son véhicule et a percuté les autres véhicules est de 100 %. 

Bien sûr, ces taux peuvent varier en fonction des circonstances de l’accident. Par exemple, on peut attribuer une part de responsabilité au premier véhicule s’il roulait trop lentement, ou a fait un écart injustifié. 

Et le malus ? Tout dépend du taux de responsabilité : plus votre responsabilité est importante, plus le malus que vous subirez le sera. Il est donc recommandé d’être le plus précis et le plus complet sur vos constats !

Articles associés