En cas d’accident de moto, les témoins peuvent jouer un rôle essentiel, en aidant l’assurance à déterminer les responsabilités. AMV vous informe.

Accident de moto : les témoins peuvent-ils vous être utiles ?

26 juin 2019 La vie à deux-roues

Vous avez eu un accident de la route – seul ou impliquant un autre véhicule. Des personnes présentes ont vu l’accident se dérouler : leur témoignage pourrait vous aider. Pensez à prendre leurs coordonnées !

Le rôle clé des témoins 

Après un accident dans lequel vous êtes impliqué, votre assureur va devoir déterminer la part de responsabilité de chacun. Une tâche parfois difficile, surtout lorsque vous et le conducteur de l’autre véhicule présentez des versions différentes des faits ! Mais il faut pourtant savoir exactement ce qui s’est passé, et c’est important pour vous : cela conditionne l’attribution d’un malus, le calcul de l’indemnisation, et l’assureur qui devra prendre les frais en charge.

Alors, lorsque les 2 conducteurs ne sont pas d’accord et ne fournissent pas un constat amiable, ou encore si l’autre véhicule a pris la fuite sans remplir de constat, les déclarations du ou des témoin(s) sont essentielles. Elles vont permettre de trancher.

Enfin, si l’accident a entraîné des dommages corporels, les forces de l’ordre devront immédiatement être alertées. Ce sont elles qui recueilleront les témoignages, et préciseront dans le procès-verbal les coordonnées du témoin.


Précisez s’il n’y a pas de témoin !

L’accident s’est déroulé en l’absence de tout témoin (dans un lieu isolé, de nuit…) ? Notez-le sur le constat amiable, signé par les 2 parties. Ainsi, vous évitez le risque de voir l’autre conducteur déclarer un faux témoin, corroborant la version erronée de votre adversaire !


N’est pas témoin qui veut ! 

Une ou plusieurs personnes ont assisté à l’accident. Cependant, tous les témoins ne seront pas recevables !

En effet, vos témoins ne peuvent pas être :

– l’un des passagers des véhicules concernés par l’accident,
– un proche, un membre de votre famille,
– une personne avec laquelle vous avez noué un lien amical,
– une personne mineure.

L’objectivité de ces différents types de personne peut en effet ne pas être garantie. En clair, ils seront considérés comme des témoins non fiables. 

Comment faire intervenir un témoin ? 

Vous avez des témoins recevables ? Ne les laissez pas repartir sans noter leurs noms et leurs coordonnées, et mentionnez-les sur le constat. Si l’assureur peine à déterminer les responsabilités, il pourra ainsi prendre contact avec ces témoins, et leur demander de décrire l’accident tel qu’ils l’ont vu, croquis à l’appui. 

Témoigner : un devoir et une responsabilité 

Et si vous-même avez été témoin d’un accident, n’hésitez pas à vous manifester. Surtout s’il y a délit de fuite. Vous seriez heureux, si vous étiez la victime de l’accident, que quelqu’un joue ce rôle ! 

Attention toutefois : dans votre déclaration, restez parfaitement neutre. Décrivez exactement ce que vous avez vu, rien de plus et rien de moins. N’essayez pas d’extrapoler, ni d’avantager la personne qui vous semble la plus sympathique, et ne portez pas de jugement. Enfin, n’oubliez pas qu’un faux témoignage est puni par la loi ! 

Articles associés