Le bouton eCall, obligatoire sur les voitures neuves

Le bouton eCall, obligatoire sur les voitures neuves

Si vous essayez un véhicule neuf chez un concessionnaire automobile, vous allez remarquer un bouton rouge « SOS » sur le tableau de bord : c’est le nouveau dispositif eCall, obligatoire sur les voitures neuves depuis le 31 mars 2018 vendues dans l’Union Européenne. Explications.

Objectif : sauver 2 500 vies chaque année

Après un grave accident de la route, la rapidité des secours est essentielle. Partant de ce constat, la Commission Européenne a voté un règlement s’appliquant dans tous les pays d’Europe : le dispositif eCall est désormais obligatoire.

Il s’agit d’un système d’appel d’urgence embarqué et automatique. Installé dans tous les véhicules mis en circulation depuis le 1er avril, il peut être activé de deux façons différentes :

  • Manuellement : le conducteur presse le bouton rouge placé sur le tableau de bord (généralement à droite du volant) ;
  • Automatiquement : conjointement avec le déclenchement des airbags.

Le conducteur est alors mis en relation avec une plateforme d’appel, dont un opérateur pose d’abord 2 questions : « Êtes-vous victime d’un accident ? » et « Y a-t-il des victimes dans votre voiture ou dans l’autre véhicule ? ».

Simultanément, le système transmet les coordonnées GPS de la voiture à l’opérateur qui peut alors, si besoin, envoyer des secours. L’objectif : évaluer la situation et envoyer un véhicule d’intervention (SAMU, pompiers…) en 75 secondes maximum. Selon l’Union Européenne, l’eCall sauvera 2 500 vies par an.

Utile face à toutes les situations d’urgence

Après un déclenchement automatique, l’opérateur enverra des secours si le conducteur ne répond pas – il sera présumé inconscient. Le conducteur de son côté peut presser le bouton rouge s’il est confronté à un accident, mais aussi en cas d’agression, de malaise, de panne si son véhicule présente un danger pour les autres usagers de la route…

Pour mettre en place ce système d’alerte, différents acteurs ont collaboré. Les constructeurs prennent en charge le coût du matériel et son installation. Les services d’urgence (SAMU, police, pompiers, services autoroutiers, etc.) interviennent. Pour l’utilisateur, le dispositif et les appels d’urgence sont gratuits.

Mais attention, si l’eCall révolutionne le système d’urgence, il n’est pas infaillible. Pour transmettre l’appel, établir la communication entre le véhicule et la plateforme d’urgence et recevoir la géolocalisation, il utilise le réseau de téléphonie mobile (GSM). Et aujourd’hui, dans tous les pays d’Europe, subsistent toujours des « zones blanches », où les mobiles ne captent pas !

< Article précédent :
> Article suivant :