Accident de moto : l’expertise n’est pas systématique

29 mai 2019 La vie à deux-roues

Après un accident de moto, vous prenez contact avec votre assureur. Celui-ci vous invite à présenter votre véhicule à un expert, qu’il a mandaté, et qui évalue le coût des dégâts. Mais ce n’est pas systématique. Explications

À quoi sert l’expert ? 

Après une déclaration de sinistre, votre assureur peut mandater un expert. Ce spécialiste dans son domaine (il y a des experts pour les dégâts dans l’habitation, les cambriolages, les problèmes médicaux, les automobiles…) est là pour constater les dégâts, chercher les causes du sinistre, et enfin pour estimer le coût des réparations ou de la remise en état. C’est donc lui qui va estimer le montant de l’indemnisation qui va vous être versée. Même s’il est mandaté par l’assureur, l’expert doit agir en toute impartialité, sans favoriser l’assureur ou l’assuré. 

À noter que les assureurs ne font pas intervenir systématiquement un expert, il existe des seuils liés aux montants des dégâts. Ainsi, si vous déclarez simplement un rétroviseur arraché ou un phare cassé, un simple devis ou facture de votre garagiste sera souvent suffisant(e) pour vous faire indemniser.

En cas de doute, contactez votre assureur pour estimer si le montant des dommages nécessite une expertise.

L’expert moto, au service de votre sécurité 

L’expert a aussi un rôle clé à jouer dans votre sécurité. Car si son métier est d’abord de réaliser une évaluation des dommages subis par le véhicule, il est aussi là pour garantir la sécurité de votre moto. 

Par exemple, en cas de véhicule déclaré VEI (Véhicule Économiquement Irréparable c’est-à-dire que le montant des réparations est supérieur à sa valeur), l’expert pourra valider les réparations à réaliser. Afin d’assurer la sécurité du véhicule, il pourra également suivre et contrôler les réparations. Cette étape vous permettra de lever l’opposition qui a été émise à la Préfecture lors de la déclaration du véhicule en VEI. Vous pourrez ainsi vendre votre moto si besoin.

Le rapport d’expertise 

L’expert va établir un rapport qui doit contenir quelques éléments permettant :

– de s’identifier lui-même : son nom, son inscription sur la liste nationale des experts automobiles,
– d’identifier les personnes présentes lors de l’expertise : nom, qualité…
– d’identifier le véhicule (immatriculation, numéro de série..)
– d’identifier les dommages résultant du sinistre
– d’évaluer les dommages et frais annexes (remorquage, gardiennage…)
– et sa décision : remplacement ou réparation. 

Pour l’aider dans son travail, n’hésitez pas à fournir à l’expert toutes les pièces justificatives pertinentes : factures d’achat, facture d’entretien, bons de garantie des équipements installés, photos (par exemple si le véhicule a été incendié, des photos l’aideront à déterminer les équipements installés).

Articles associés