Quelles sont les règles et astuces à connaître, pour dormir dans sa voiture en toute sécurité?

Camper dans sa voiture : les règles et astuces à connaître

19 janvier 2021 Conseils pratiques

Alternative au camping-car, à la tente, au bivouac ou à l’hôtel, dormir dans sa voiture présente bien des avantages. Que faut-il savoir avant de sillonner les routes dans sa voiture plus ou moins aménagée ?

Pourquoi dormir dans sa voiture ?

Passer une nuit dans sa voiture peut surprendre. Si l’utilisation première de son véhicule est plutôt de circuler librement, il y a de nombreux autres avantages. Qu’il s’agisse de scinder un très long trajet, ou pendant une excursion découverte d’une région façon camping itinérant, dormir dans sa voiture permet de :

– Faire des économies. Parce que, oui, c’est gratuit. Contrairement à un hôtel, gîte ou même un camping. Et cela limite parfois la quantité d’équipement à prévoir.

– Vivre une expérience de liberté sans limite. Profiter d’un festival un week-end, longer la côte la semaine qui suit – en dormant chaque soir dans un nouvel endroit. Entre villes et campagnes, il y a tellement de choses à découvrir.

– Bénéficier d’une sécurité et d’un confort non négligeable. Contrairement au camping qui nécessite un certain temps pour tout remballer et expose les campeurs aux aléas climatiques, la voiture est un abri assez agréable.

Est-ce légal ?

Dans la Loi française, rien n’interdit (ni n’autorise explicitement) le fait de dormir dans sa voiture. On dira donc que c’est toléré. Il est simplement recommandé de ne pas passer plus de 24 heures au même endroit. Certaines communes l’interdisent cependant, et disposent alors des panneaux indiquant cette restriction à leurs entrées. Dans la nature, partout où il est légal de circuler (routes carrossables non privées) et de stationner, il est possible de dormir dans sa voiture. Il est par contre interdit d’ installer des équipements en dehors du véhicule (tables, chaises et autres meubles de campement), ce qui pourrait alors être considéré comme du camping sauvage. A ce sujet, la Loi est claire : d’après l’article R111-32, le camping est librement pratiqué, hors de l’emprise des routes et voies publiques, avec l’accord de celui qui a la jouissance du sol, sous réserve, le cas échéant, de l’opposition du propriétaire. Et d’après l’article R111-33, le camping pratiqué isolément ainsi que la création de terrains de camping sont interdits, sauf dérogations, dans un certain nombre de lieux (rivages, sites classés, près de monuments et points d’eau …).

Et question assurance ?

En respectant les limites légales énoncées au-dessus, camper dans sa voiture ne pose pas de problème vis-à-vis de l’assurance du moment que les modifications apportées au véhicule ne modifient pas sa description (celle de la carte grise) et conserve le matériel de sécurité (arrimage des sièges, ceintures de sécurité, etc.). Tous les ajouts (matelas et autres aménagements) présents dans la voiture sont considérés comme des meubles transportés, et doivent simplement être bien fixés pendant les déplacements afin d’éviter de blesser le conducteur ou les passagers.

En pratique

Si telle quelle une voiture n’est pas adaptée pour y dormir, il est très facile de l’aménager simplement pour en faire un véritable cocon. De nombreux sites et blogs donnent des conseils à ce sujet. En résumé, il faut aménager une couchette confortable et de montage facile, privilégier des couvertures et duvet à l’utilisation du chauffage, prévoir des pare-soleil… 

Le choix de l’emplacement a aussi son importance, des raisons de confort et de sécurité. Les zones bruyantes et peuplées sont parfois plus sûres, mais moins agréables.

Articles associés