Le contrôle technique n’est pas suffisant, il faut contrôler régulièrement son véhicule, pour repérer d’éventuelles détériorations ou usures, problématiques en cas de contrôle de police

Les 7 points à vérifier régulièrement sur sa voiture

2 février 2021 Conseils pratiques

Lors d’un contrôle de police, l’agent des forces de l’ordre qui effectue le contrôle des papiers (permis, assurance, carte grise) s’assure aussi du bon état du véhicule. Il vérifiera tout d’abord la vignette de contrôle technique normalement présente sur le pare-brise, et puis effectuera lui-même certaines vérifications rapides tout autour du véhicule pour s’assurer de son bon fonctionnement. Il faut toujours être au courant de l’état de sa voiture et donc vérifier soi-même régulièrement 7 points, qui correspondent globalement aux vérifications du contrôle technique.

 1. L’identification du véhicule

En même temps que le contrôle des papiers, l’agent de police vérifiera que la plaque d’immatriculation correspondant aux numéros indiqués sur la carte grise. La plaque doit être en bon état (parfaitement lisible) et bien fixée. Attention aussi au modèle des plaques, qui doivent être homologuées (la customisation est très réglementée), et à leur éclairage s’il fait nuit.

2. L’état de la carrosserie

L’état et l’allure générale du véhicule peut parfois être le motif de l’arrestation. La carrosserie ne doit pas être parfaite et exempte de toute rayure ou déformation, mais aucune détérioration de la voiture, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, ne doit pouvoir être la cause de coupures. Attention donc aux trous, dans la tôle et les plastiques. Si une déformation de la carrosserie semble limiter le fonctionnement de la voiture (ouverture des portes, rotation des roues…), le policier sanctionnera le conducteur.

3. Les feux

Généralement, le fonctionnement des phares sera contrôlé uniquement dans certains cas : nuit, pluie,  intempéries. Les clignotants et feux stops sont observables, même en journée. Et leur non-utilisation devant des agents de police entraînera très certainement une arrestation et un contrôle. Qu’il s’agisse d’une défaillance technique, ou d’un non-respect du code de la route, les deux cas ne sont pas acceptables. Mais il est possible (c’est d’ailleurs souvent le cas), que le conducteur ne se soit pas rendu compte avant de la défaillance de feux. Parfois, un agent relèvera la présence d’eau dans les optiques, ou l’opacité trop importante des plastiques, des points refusé au contrôle technique.

4. La visibilité

Pour des raisons évidentes de sécurité, la visibilité du conducteur (et son identification) ne doit pas être entravée par des dégâts matériels au niveau des vitrages. Attention donc aux impacts et fissures sur le pare-brise, ou saleté (ou givre) trop importante sur les fenêtres… Cette notion de visibilité concerne aussi les rétroviseurs, qui doivent être tous présents, bien fixés, réglés et propres.

5. Les pneus

L’usure des pneus est systématiquement contrôlée, par sécurité. Les sillons doivent être profonds d’ au moins 1.6 mm, et le gonflage doit être conforme. Attention aussi à toute détérioration importante visible (entaille, usure irrégulière indiquant un problème de parallélisme, objet planté…). Des pneus bien entretenus sont indispensables pour maîtriser sa conduite.  

6. Le bruit

Si le fonctionnement mécanique de la voiture (direction, freinage etc.) ne pourra pas être contrôlé, le bruit peut être révélateur d’un problème. C’est le cas au niveau des freins, dont le son strident peut indiquer une usure importante des plaquettes. De même que le son du moteur ou du pot d’échappement. La notion de nuisance sonore est d’ailleurs un critère analysé.

7. L’équipement obligatoire

Il est indispensable de toujours les papiers du véhicule, et l’équipement de sécurité requis (gilets, triangle…). 

Articles associés