Quels ont été les impacts de la crise sanitaire sur le marché de l’automobile ? Quelles tendances révèle-t-elle pour 2021 ?

Marché de l’automobile : quel bilan tirer de 2020 ?

22 février 2021 Non classé

Pour le secteur automobile, l’année 2020 s’est clôturée sur une note morose. Si la baisse des ventes touche l’ensemble des marchés, la crise sanitaire ne les a pas touchés de la même manière et laisse présager des tendances de fond encourageantes. 

Un marché inégalement ébranlé par la crise sanitaire

Confinements, fermeture des usines de production, fermeture des concessions : la crise de la COVID-19 a fortement ébranlé le secteur de l’automobile, en particulier en ce qui concerne les véhicules neufs. Ainsi, les ventes ont dégringolé de 89% en avril, une diminution renforcée par la baisse des commandes des sociétés de location, soucieuses de limiter les pertes de leur parc automobile. Résultat ? Les immatriculations des voitures neuves chutent de 25% en 2020. Au niveau des ventes, les marques françaises résistent mieux. Si Renault et Peugeot affichent des résultats en baisse (respectivement – 22,7% et – 20,5%), certaines marques étrangères, comme Fiat connaissent une année noire (-40%). 

Le marché de l’occasion a quant à lui bien résisté à la crise sanitaire. 5,52 millions de voitures auraient changé de propriétaire, soit un recul de 4% par rapport à l’année 2019. La raison de ces résultats est d’abord à rechercher du côté de la disponibilité des biens. Les transactions ont pu être maintenues entre particuliers pendant les périodes de confinement. En concession, les voitures de démonstration se sont écoulées. Éligibles à la prime à la conversion elles ont constitué une alternative aux véhicules neufs. 

Du côté des deux-roues, le marché enregistre également une baisse de 5% par rapport à 2019 avec une perte de 6 930 véhicules neufs. De bons résultats au regard de l’année qui s’expliquent par plusieurs facteurs. La fin du confinement a donné envie à tous les motards, y compris ceux détenteurs d’un permis, mais non équipés de moto, de prendre la route et le scooter est devenu une solution de mobilité compatible avec les normes sanitaires. Les ventes ont aussi été soutenues par la garantie à 5 ans proposée par certains constructeurs. De plus les professionnels ont dû faire face à un changement dans la réglementation européenne : en 2021, l’ensemble des motos neuves devront respecter la norme Euro 5. 

Une année qui révèle plusieurs tendances de fond

À bien des égards, l’année 2020 est tout à fait extraordinaire. Toutefois, la crise sanitaire a d’autant plus fait ressortir certaines tendances de fond. Les véhicules électriques et hybrides qui peinaient à décoller ont connu un véritable essor. Interrogés par le baromètre d’EVBox et Ipsos, plus de la moitié des français indiquent prendre en compte l’impact environnemental d’un véhicule pour son achat. Une prise de conscience qui se traduit au niveau des ventes puisqu’une voiture neuve sur quatre, vendue en 2020, était électrique ou hybride. La dédiésélisation se poursuit. Alors que les moteurs diésel représentaient 47% du marché des véhicules particuliers en 2017, ils correspondent à 31% du marché en 2020.

Ces chiffres ne doivent pas pour autant faire perdre de vue les préoccupations économiques des ménages. Ainsi, sur le marché de l’occasion, la préférence va aux véhicules de plus de 15 ans (augmentation de 5% des transactions). L’exode des métropoles, ainsi que les craintes liées à l’utilisation des transports en commun en période de pandémie ont donné un coup de frein aux solutions de mobilité partagées. Représentant 63,4% du marché, la prédominance de la vente des véhicules d’occasion de plus de 5 ans traduit bien la volonté des foyers de s’équiper à moindre frais, dans un contexte socio-économique tendu. 

Achat plaisir, les deux-roues ont répondu au désir d’évasion post-confinement tout en respectant les contraintes liées aux déplacements. Ainsi, les économies réalisées pendant les mois de mars et d’avril ont été investies dès le mois de mai dans des motos puissantes. 

En résumé, malgré un marché en recul par rapport à 2019, le secteur automobile et du deux-roues résiste plutôt bien à la crise sanitaire et laisse présager de belles opportunités pour 2021. 

Articles associés